Ce document vise à mettre en perspective les résultats de travaux afin de mieux comprendre les expériences de discrimination vécues par les jeunes au moment de leur accès à l’autonomie dans des domaines jusqu’alors peu explorés.

Effectuer un stage de troisième, un apprentissage ou la formation de son choix, accéder à la mobilité par l’achat et l’assurance d’un véhicule d’occasion, accéder à l’hébergement de loisirs, se protéger par le biais d’une complémentaire santé, avoir un logement, ou encore effectuer une formation ou accéder à l’entrepreneuriat par le reprise de petite entreprise sont autant d’étapes importantes dans la trajectoire d’un jeune.

Ainsi les deux testings et les deux recherches lancées par le FEJ sur les potentielles discriminations liées à l’âge ont montré que l’âge n’était pas un critère discriminant à lui seul. En revanche, l’origine supposée (maghrébine ou africaine subsaharienne), le territoire (stigmatisé) ou le sexe ou l’association de ces critères sont discriminants sur la majorité des terrains enquêtés. Il apparait donc que certains jeunes seraient victimes d’expériences de discrimination répétée freinant leur insertion.

Les différentes méthodes (testings, comparaison de populations et enquêtes de victimation) et le croisement de regards pluridisciplinaires (d’économistes, de sociologues et de psychologues) ont permis de produire des connaissances sur les mécanismes et systèmes de discrimination. Ces résultats sont un préalable indispensable à la construction d’actions et de dispositifs visant à prévenir et à  lutter contre les discriminations dont sont victimes certains jeunes.